google.com, pub-6199898667281101, DIRECT, f08c47fec0942fa0

L’Autriche

L’Autriche

Entourée par les majestueuses Alpes enneigées de La Mélodie du bonheur, Vienne, siège de l’un des transporteurs qui ont constitué ma carrière de trois décennies dans l’aviation, a fait l’objet de fréquents déplacements à des fins de formation. La couverture de la ville par le tramway et le métro permettait néanmoins une exposition à la culture et à la vie locale pendant mon temps libre.

Le jour, j’empruntais le Danube, qui enjambe le pont, pour profiter des sites touristiques importants, dont le joyau de la couronne était la cathédrale Saint-Étienne, le Stadtpark, orné de la statue de Mozart, et les rues piétonnes bordées de boutiques. Le soir, les représentations d’opéra prenaient vie sur scène. La cuisine autrichienne se compose de wurst, de wiener schnitzel, de poulet paprikash et de dumplings dans les “Heurigens” typiques – c’est-à-dire les tavernes à vin rustiques -, de pâtisseries ressemblant davantage à des œuvres d’art dans les cafés viennois et de la “Sachertorte” au chocolat et à l’abricot préparée quotidiennement dans le célèbre hôtel Sacher.

Lors d’une visite en décembre, je me suis frayé un chemin à travers le Chirstkindellmarkt, ou marché de Noël, avec sa myriade de kiosques de snacks et de cadeaux ornés de branches de pin et de lumières de Noël, en grignotant du pain frit Langos, en buvant du Gluewein rouge (vin chaud) et en complétant le tout avec du massepain recouvert de chocolat.

L’un de ces nombreux moments a été consigné dans mon carnet de voyage, comme suit. “En marchant jusqu’au niveau de la rue depuis la station de métro U1 de Stephansplatz jusqu’à la Kaertnerstrasse, réservée aux piétons, et en entendant les cloches de l’église de Stephansdom, j’ai su que j’étais à Vienne. Les empreintes des fiacres (calèches) tirés par des chevaux dans le périphérique intérieur n’ont fait que confirmer mon emplacement.”

Les trajets matinaux vers le centre de formation d’Austrian Airlines étaient toujours précédés par les annonces du tramway : “Oberlaa. Enstation. Alle aussteigen” — “Oberlaa. Dernier arrêt. Tout le monde descend !”

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *